La Revanche des personnes secondaires d’Isabelle Zribi

Image couv« Samedi : jour off (ennui, Pim’s, branlette). » (page 20)

Pour un peu le narrateur de la nouvelle intitulée « Divine » nous rappellerait quelque personnage croisé dans Moins que zéro (Less Than Zero) de Bret Easton Ellis (en remplaçant les Pim’s par un peu de coke). La comparaison s’arrête néanmoins là, la démarche d’Isabelle Zribi se différenciant radicalement de celle de l’auteur d’American Psycho : le narrateur de « Divine » se venge des péquenauds qui l’insultent, l’autrice insufflant la férocité de son regard dans l’âme de ses personnages.

Ni conte cruel (façon Villiers de L’Isle-Adam), ni galerie de vies minuscules (à la manière de Pierre Michon), cette Revanche des personnes secondaires est un livre qui s’érige contre le littérairement correct ambiant, la littérature mondaine suffisamment aseptisée pour assurer le Prime des plateaux télévisés.

Dans les treize textes qui composent ce recueil, Isabelle Zribi décrit d’abord le mépris et les humiliations que subissent ses personnages, féminins ou masculins, parfois avec un humour à froid qui fait mouche. Puis la situation bascule.

Dans « Merci mon chien », le narrateur doit porter un uniforme féminin et répondre au nom de Maria à la demande de sa riche patronne. Mais lorsque Rosa, la domestique qui travaille depuis trente ans au manoir, part en vacances, les rôles vont s’inverser.

L’autrice décrit dans ces textes les rouages invisibles qui meuvent les rapports sociaux, rapports de pouvoir, rapports de force, qui relèvent de constructions sociales et politiques auxquelles nous nous soumettons volontairement. Une « présomption d’insignifiance », ainsi que l’écrit Isabelle Zribi qui est aussi avocate.

Dans chacune des treize nouvelles, ces rouages sont sabotés par les « personnes secondaires », la machine se grippe et déraille, brisant le déterminisme pour fléchir la trajectoire de vie : un anti-destin.  

Ces treize nouvelles ne sont pas des « beaux textes » issus du corpus de la littérature décorative de salon mais des écrits dans lesquels l’autrice met en acte une forme de rébellion : une parole cruelle résistant à la page. Aucune page n’est jamais vierge. Ce qui s’écrit doit d’abord s’écrire contre.

«  J’aspire à sentir le sang abreuver mes organes. Je choisirai un mot, par exemple le mot glace, et fixerai mon attention sur lui jusqu’à ce qu’un arbre de stalagmites craquelle en moi. Je voudrais que les mots et les sensations deviennent des événements majeurs et m’en contenter. » (p. 121)

Le texte le plus fort est celui qui clôt le recueil, « Le clodo du troisième étage », consacré aux derniers jours de l’écrivain et peintre Henry Darger, mort à Chicago en 1973 dans le plus complet dénuement. Henry Darger a produit en secret, pendant presque trente ans (du début des années 1910 à la fin des années 1930), une œuvre littéraire et picturale d’une ampleur exceptionnelle : un roman de plus de 15 000 pages qui s’intitule The Story of the Vivian Girls in What is Known as the Realms of the Unreal, of the Glandeco-Angelinian War Storm Caused by the Child Slave Rebellion [1].

Capture d’écran 2020-01-23 à 22.27.44
At McCalls Run Coller Junction Vivian girl saves strangling children from phenomenon of frightful shape, 1910-1970 – Crayon, encre, aquarelle et collage sur papier
© Musée d’Art Moderne / Roger-Viollet

« Il me fixe, cherchant une réponse dans mes traits. Mais le visage n’est pas une notice explicative », dit Henry Darger (p. 122), clochard céleste magnifié par l’écriture d’Isabelle Zribi. Le visage est bien plus pour l’autrice qu’une notice explicative, − il est un « visage-livre », écrit-elle dans sa nouvelle « Pygmalionne ».

Avec cette Revanche des personnes secondaires Isabelle Zribi renverse certains lieux communs littéraires pour mieux montrer les mécanismes de représentations idéologiques dominantes à l’œuvre dans nos sociétés.

«  Je ne parlerai plus. Je n’en ai plus le désir. Ce n’est pas contre vous. La parole m’use par son inexactitude. Vous avez fait beaucoup pour moi. Je vous demande une dernière chose ; ne tentez pas d’expliquer les Vivian girls. Que mon livre soit une boule de neige s’écrasant dans vos yeux. » (p. 126)

Espérons que cette Revanche des personnes secondaires sera une boule de neige qui s’écrasera dans vos yeux pour mieux les déciller.


Isabelle Zribi, La Revanche des personnes secondaires, série Alimage, éditions de L’Attente, décembre 2018

[1] Cette épopée qui se déroule sur une planète imaginaire relate une guerre interminable ayant pour origine la rébellion d’enfants tenus en esclavage par les méchants Glandeliniens, que va combattre la nation d’Abbieannia, ralliée par d’autres nations chrétiennes, telle Angelinia. En parallèle, et surtout après l’écriture du roman, Darger transcrit sa saga dans des peintures dont les Vivian Girls sont les héroïnes. Sa première période picturale (1915-vers 1930) décrit sous forme de portraits les différents protagonistes. La seconde période (vers 1930-1972) consiste en vastes panoramas narratifs recto-verso que Darger réalise à l’aide d’images issues de la culture populaire (presse, bande-dessinée) décalquées et recomposées selon d’infinies variantes.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s