Nos corps érodés de Valérie Cibot (audio)

« À la fin une empreinte, une mare dans la poussière, les contours du corps reproduits sur le sol, quand elle n’a plus craché, que je n’étais plus là, qu’il n’est resté que la suie. Même pas la conscience. Plus rien. »

Guillaume Richez lit un extrait du roman Nos corps érodés de Valérie Cibot, publié aux éditions Inculte.

© éditions Inculte, tous droits réservés


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s