L’air proche de Maude Pilon (audio)

« Le hoquet découpe la pensée de la personne. Le sens du verbe enterrer est ‘‘garder’’. Nous ravagerons, c’est de la technique. Ta quantité d’énoncés provoquait une sorte de solitude. Tu gardais ton nom hors sujet. Puis la demande n’est de personne, l’idée du manque s’adapte à un contenant. La personne rentrée. Où est l’intérieur, où est l’intérieur, etc. »

Guillaume Richez lit à voix haute des poèmes extraits de L’air proche de Maude Pilon publié aux éditions Les Herbes rouges.

© éditions Les Herbes rouges, tous droits réservés


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s