j’aime le mot homme et sa distance (cadrage-débordement) de Florence Pazzottu (audio)

« Que Poésie n’évite rien.

Son amour de l’expérience doit lui apprendre à se défendre

du pleinement dont elle est grosse

— que poésie se sache trouée ! —

Une discipline d’étonnement ?

Il faut bien néanmoins que poème

se fixe, fasse l’épreuve dure

­­— du chiffre et du récit ! »

Florence Pazzottu et Guillaume Richez lisent à deux voix pour Les Imposteurs « défier le tragique », « Open poème » et « faire le trou », extraits de j’aime le mot homme et sa distance (cadrage-débordement) de Florence Pazzottu publié aux éditions LansKine.

© éditions LansKine, tous droits réservés


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s